Particuliers

Pourquoi mesurer l’étanchéité à l’air d’un bâtiment ?

Si nous comparions votre habitation à votre combinaison de ski ? L’une comme l’autre ont comme principal objectif de vous protéger des conditions climatiques : lorsqu’il fait froid et que vous vous apprêtez à descendre les pistes enneigées, vous prenez bien soin de fermer votre doudoune et de calfeutrer, avec une écharpe, les éventuelles entrées d’air qui rendraient votre tenue inefficace avec une inconfortable sensation de froid.

Pour votre maison, il en est de même. Il ne sert à rien de mettre une épaisse couche d’isolant thermique si vous avez des entrées d’air parasites.

La mesure de l’étanchéité à l’air permet de vérifier la perméabilité à l’air de votre construction et surtout d’identifier et de localiser ces fuites d’air non maitrisées.

Leur localisation se fait à l’aide d’un générateur de fumée, d’un anémomètre et/ou d’une caméra thermique. Dans la mesure du possible, elles pourront être traitées pour améliorer l’efficacité thermique de votre logement. Ce contrôle (mise en pression et/ou dépression) non destructif permet de vérifier l’intégrité des solutions techniques assurant l’étanchéité à l’air. Nécessaire en construction traditionnelle pour l’isolation sous toiture, ce test est doublement indispensable en construction bois ou ossature bois pour également éliminer les risques de condensation néfaste pour l’isolation.

Par exemple, pour une maison de 100m² de surface habitable, la somme des fuites parasites serait l’équivalent d’un trou permanent dans un mur de façade de taille proportionnelle à l’ancienneté de la maison. Ainsi,

• Pour une maison des années 1930 de 100 m² c’est l’équivalent d’une fenêtre ouverte en permanence.

• Pour une maison des années 1980 de 100 m², c’est l’équivalent d’un trou jusqu’à 50 cm de diamètre environ.

• Pour une maison des années 2000 de 100 m², c’est l’équivalent d’un trou jusqu’à 25 cm de diamètre environ.

• Pour une maison BBC de 100 m², c’est l’équivalent d’un trou jusqu’à 12 cm de diamètre environ.

• Pour une maison BPAS – BPOS de 100 m², c’est l’équivalent d’un trou jusqu’à 3 cm environ.

Le choix du système de renouvellement de l’air (VMC = Ventilation Mécanique Contrôlée) prend toute son importance avec les nouvelles constructions « étanches à l’air ».

 

Quand mesurer l’étanchéité à l’air d’un bâtiment ?

Dans le cadre d’une construction visant la labellisation BBC-Effinergie, seul le Test final est obligatoire et fait fois. Le Test Final est réalisé au moment de la livraison de l’ouvrage, lorsque tous les travaux sur le bâti sont achevés.

Afin de limiter le risque d’avoir un résultat final non conforme aux objectifs réglementaires, il est fortement conseillé de réaliser un Test Intermédiaire au stade du clos et couvert. Ce Test en cours de chantier permet de vérifier la qualité de l’enveloppe et ainsi pouvoir améliorer l’étanchéité à l’air de l’ouvrage tant qu’il en est encore possible sans pour autant avoir à endommager les travaux de finition.

En rénovation, le Test Initial ou Test de l’existant permet de poser le diagnostic avant travaux et d’identifier les fuites d’air qu’il conviendra de traiter de manière adéquate à l’ouvrage pendant la phase des travaux à engager.

 

Quand mesurer l’étanchéité à l’air d’un bâtiment ?

Nous allons installer une « porte soufflante » (aussi appelée « Blower Door ») dans l’encadrement de la porte d’entrée, voire une autre ouverture sur l’extérieur. Cette « porte soufflante » est constituée d’un cadre aluminium réglable, d’une bâche nylon étanche dans laquelle vient s’adapter un gros ventilateur.

Une jauge de pressions mesure la différence de pression entre l’intérieur et l’extérieur du volume à tester. Cette installation est pilotée par un ordinateur portable qui à l’issus du test pourra calculer le coefficient de perméabilité à l’air qui caractérise le niveau de performance de l’enveloppe.

La valeur finale, conformément à la norme NF EN 13829, est le « Q4 pa surf » qui doit être inférieur aux valeurs ci-dessous :

À l’issue de la mesure réglementaire, nous allons grâce à cette dépressurisation entre l’intérieur et l’extérieur, procéder à une recherche de fuite. L’utilisation de fumigène, d’un anémomètre et/ou d’une caméra thermique nous permettra de localiser ces fuites parasites. Ce diagnostic permettra éventuellement de traiter ces défaillances et ainsi améliorer la performance énergétique du bâtiment au bénéfice des factures de chauffage.

 

La procédure de labellisation

Logement confortable et charges énergétiques réduites vous conviennent ? Le réchauffement climatique vous préoccupe ? Les augmentations des prix du pétrole, du gaz et de l’électricité sont pour vous les conséquences évidentes de la raréfaction des énergies fossiles planétaires ?

Alors, vivez dans un logement BBC (Bâtiment Basse Consommation), voire BPAS (Bâtiment Passif) ou BPOS (Bâtiment à énergie Positive).

La règlementation thermique RT2005, encore en vigueur jusqu’à fin 2012 pour les logements, n’impose pas aux promoteurs-constructeurs de concevoir des logements répondant aux exigences de sobriété énergétique nécessaire à la préservation de notre planète.

En choisissant de faire certifier votre logement au label BBC (ou le respect de la nouvelle règlementation thermique RT2012), vous apporterez votre pierre à l’édifice de la réduction des gaz à effet de serre tout en vous assurant de vivre dans un logement confortable aux charges énergétiques contenues, avec une meilleure qualité de l’air intérieur et meilleure insonorisation.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous le plus tôt possible dans votre démarche de construction de votre nouvelle habitation.